Anniversaire d’Astérix.

Le 29 Octobre 1959 paraît le premier numéro de l’hebdomadaire  » PILOTE », avec 300 000 exemplaires tous vendus. Une forte publicité effectuée par Radio Luxembourg- qui deviendra ensuite RTL – explique aussi ce succès énorme.

Les « baby-boomers  » ont connu cette revue, reprenant une belle série de BD de grands succès non seulement avec Astérix, mais aussi Tanguy et Laverdure, vantant indirectement nos avions construits par Dassault, et l’Armée de l’Air française dont le passé dans les deux guerres est digne des héros comme Guynemer…

Barbe-Rouge, Lieutenant Blueberry, Lucky Luke et les méchants bandits frères Dalton, méchants bandits, avec leur mère « Mamma »…

Tintin dont le premier numéro paraît en 1929, a un gros concurrent.

Astérix, c’est René GOSCINNY, scénariste, décédé en 1977 et Albert UDERZO pour les dessins

Avec Astérix, une flopée de seconds rôles de qualité : Obélix, le chien Idéfix, le chef du village Abraracourcix, le druide Panoramix  avec sa potion magique, la belle Falbala, le barde musicien Assurancetourix, toujours rabroué avec sa harpe, Alambix, marchand de vin et de charbon, Jules César, Caligula Minus et de nombreux centurions ridiculisés.

Pilote est  aussi réputé pour sa double-page centrale, qui expliquait les fusées françaises, l’astronomie, les villas romaines, les batailles à travers les siècles depuis Alésia jusqu’au débarquement en Normandie en 1944, les constructions de cathédrales, des Invalides ou du Panthéon…

Ces « pilotoramas » ont conforté mon amour de l’Histoire. Avec Pilote, les ados devenaient instruits donc plus intelligents, tout en étant divertis.

Je me souviens d’une page créée pour Roger COUDERC, l’excellent commentateur des matchs de rugby, et son fils. Ils répondaient ensemble à nos questions sur le sport comme  au sujet des vainqueurs du prix de la montagne du Tour de France, le gagnant portant un maillot blanc à pois. On apprend ainsi que  le coureur espagnol Bahamontés, avait un surnom, » baha » voulant dire au-delà de, et « montés », des montagnes, tellement il était un bon  « grimpeur », vainqueur en 1959. Roger Couderc, on suivait alors les matchs de rugby du prix des Cinq Nations. Il  encourageait nos joueurs en criant  » Allez les petits ! »Il connaissait bien, comme leur ami, la plupart des joueurs comme Jo Albaladéjo, le petite arrière Gaschassin, très efficace aux renvois du ballon, Herrero, le colosse dans les mêlées…

En mars 1963, apparaissent Achille Talon, le grand Duduche amoureux de la fille de son principal au collège.

En 1974, la revue devient mensuelle et va disparaître en 1989. Mai 1968 est passé par là…

 

Dominique BAGUET

Les commentaires sont fermés.

40 requêtes. 3,216 secondes.